L'expansion de mondes virtuels tels Second Life ou There.com est une réalité qui touche plusieurs millions d'utilisateurs dans le monde (pour SL: 7'256'167 résidents au 17 juin 2007). Toutes sortes d'avatars viennent lier contact (personnels, financiers, commerciaux) au sein d'un monde vitruel permettant à peu près tout ce que permet une vie réelle. Une des activités posant problèmes est qu'il est désormais possible d'y dépenser des sommes non-négligeables d'argent (pour le 17 juin 2007, 1'703'492$). Il est bien clair que la plupart des activités y est bien intentionnée. Mais certaines personnes et associations malveillantes ont certainement compris le potentiel des "secondes vies". Ainsi, les activités virtuelles délictueuses de personnes réelles dans un monde virtuel pourraient rapidement devenir les activités réelles de personnes réelles dans un monde réel.

 

En termes sécuritaires, notamment dans le cadre d'activités de blanchiment d'argent, de planification opérationnelle, de ternissement de réputation et autres activités délictueuses, il est important de comprendre que l'environnement à changer et s'étend bien au-delà du réel, avec de réelles applications virtuelles.